L'aide sociale à l'enfance

Depuis les lois de décentralisation, les départements occupent aux cotés de la justice une place importante dans le système de la protection de l’enfance.

Le service de l'aide sociale à l'enfance apporte au quotidien une aide matérielle, éducative, psychologique et même financière aux enfants et aux jeunes majeurs de moins de 21 ans et à leurs familles confrontés à des difficultés sociales.

Ses missions :

- Organiser, dans les lieux où se manifestent des risques d'inadaptation sociale, des actions collectives visant à prévenir la marginalisation et à faciliter l'insertion.

- Mener en urgence des actions de protection en faveur des mineurs.

- Pourvoir à l'ensemble des besoins des mineurs confiés au service et veiller à leur orientation, en collaboration avec leur famille ou leur représentant légal.

- Recueillir et transmettre  des informations préoccupantes relatives aux mineurs en danger ou risquant de l'être, et participer à leur protection ;

- Veiller à ce que les liens d'attachement noués par l'enfant avec d'autres personnes que ses parents soient maintenus, voire développés.

Ses moyens :

Le service de l’Aide Sociale à l’Enfance comprend un réseau d’assistantes familiales, de travailleurs sociaux, d’éducateurs et des assistantes sociales intervenant sur l’ensemble du territoire départemental.

Pour l'accomplissement de ses missions, il peut faire également appel à des organismes publics ou privés habilités ou à des familles d’accueil.

L’ASE contrôle les conditions d’accueil des mineurs placés afin de s’assurer de leur encadrement.

Lorsque les difficultés ne sont pas surmontées, lorsque la famille ne veut pas coopérer et que, l’enfant est en présence d’un risque, les services du département saisissent l’autorité judiciaire pour la mise en œuvre d’une mesure de protection. Celle-ci s’impose alors à la famille même si elle conserve l’autorité parentale.

Le service intervient également dans la cadre de la politique départementale de prévention de l’inadaptation sociale dans les quartiers en finançant des associations d’éducateurs de rue.

Il intervient aussi directement en affectant des éducateurs sur certains quartiers comme les jardins de l’empereur et l’espace rencontre des Salines ou encore l’animation sur St Jean d’ateliers de sociabilisation à partir d’activité d’encadrement d’art, de sculpture, d’informatique ou de construction de meubles en carton.

  • L’Espace rencontre des salines
  • L’unité de travail social collectif
  • Unités de l’aide à domicile
  • Unité de l’action éducative en milieu ouvert 
  • Service d’action éducative

Son Schéma départemental de l’enfance et de la famille de la Corse du Sud 2008 2013   

 L’enfance en danger

Lorsqu’un enfant est délaissé ou maltraité et que ses parents n’ont pas conscience du danger, et qu’ils négligent leur devoir de protection et refusent l’aide qui pourrait leur être apportée, c’est de la responsabilité de chacun d’entre nous d’aider cet enfant en signalant sa situation.

La loi 2007 réformant la protection de l’enfance prévoit la transmission obligatoire de toutes informations préoccupantes au Président du Conseil général, chargé désormais du recueil, du traitement et de l’évaluation de celles-ci, à tout moment et quelle qu’en soient l’origine, afin de mettre en œuvre des actions de protection et de signalement.

A ce titre, une cellule de recueil de ces informations, véritable guichet unique placé sous l’autorité du Président du Conseil général a été mis en place.

Vous êtes en possession d’informations dites « préoccupantes » sur la situation d’un mineur, vous pouvez contacter la C.R.I.P 2A (Cellule de  Recueil des Informations Préoccupantes de la Corse du Sud).

Un numéro unique pour le Département de la Corse du Sud : 0.800.000.119

Ce numéro est accessible durant les heures ouvrables du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13H30 à 16h30.

La nuit, les week-ends et les jours fériés, le Numéro vert national 119 prend le relais.

Toutes les situations urgentes survenant hors des heures ouvrables sont traitées dans le cadre d’une astreinte dont le fonctionnement est indiqué aux services habilités (justice, gendarmerie, police).